Témoignage de “beast”

Témoignage de “beast”. Source : http://www.e-sante.fr/circoncision-quelques-precisions-en-10-points-clef/actualite/679

M’étant fait circoncire à 30 ans tant pour des raisons religieuses que suite à l’avis favorable de mon praticien, je dois dire… que je le regrette. Franchement, plus la même sensibilité qu’avant. Et ça va en s’aggravant (avec la kératinisation du gland)… Je sais que c’est pour beaucoup le but recherché, mais tout de même, retirer entre le quart et le tiers de la surface sensitive du pénis ce n’est vraiment pas anodin. Je suis devenu de plus en plus insensible à certaines stimulations sexuelles (pas toutes heureusement). En ayant discuté autours de moi, je suis loin d’être un cas isolé. Je me suis donc farouchement battu avec ma belle famille pour INTERDIRE qu’on opère mes enfants. S’ils le font, ce sera LEUR choix, à l’âge adulte. Quand à la soi disant protection vénérienne de la circoncision, c’est de la blague. On se protège, soi et sa partenaire, avec une capote. Sinon, la pratique reste à risque, on diminue juste les chance d’être contaminé (et ça ne change rien pour votre partenaire). L’argument le plus ridicule que j’ai entendu et que c’est plus ‘propre’ car ‘ça’ ne macère plus dans les plis. J’ai fait alors remarquer à mon interlocutrice que ‘ça’ macérait sans doute beaucoup plus dans les plis du tablier vulvaire féminin (et je parle d’expérience) mais que l’hygiène intime réglait beaucoup mieux le problème que la labioctomie (enlever ou réduire les lèvres génitales).

Témoignage de “corpsmalade29”

Témoignage de “corpsmalade29”. Source : http://www.e-sante.fr/circoncision-quelques-precisions-en-10-points-clef/actualite/679

 

[…] je me suis aussi fait circoncire à 25 ans ! moi je pensais que c’était un simple bout de peau qu’on retirait, j’avais jamais entendu parlé de frein ou de liaisons nerveuses du prépuce ou même de la kératinisation du gland ! j’ai connu une longue relation amoureuse avec une compagne avec laquelle tous les plaisir était sensationnels, fellation et surtout pénétration vaginale où je pouvais sentir à quel niveau mon pénis se trouvait dans son vagin et même ressentir la chaleur au point de pas vouloir en sortir après l’éjaculation tellement il était bien dedans…lolol ! puis je me suis fais circoncire à l’âge de 25ans et là sans m’en rendre compte mes rapports sexuels avec mes compagnes étaient de pire en pire au point où il m’arrive de ne pas sentir quand je pénétrais une compagne et la fellation était peu stimulante donc mes érections moins intenses, je pensais que c’étaient mes compagnes qui merdaient (excusez l’expression), donc j’étais toujours à la quête de rencontrer une femme qui me procure du plaisir comme celle d’avant la circoncision ! Au jour d’aujourd’hui je me rends compte que j’aurais pu chercher longtemps car par le plus grand des hasards j’ai fais une recherche sur internet sur la circoncision et là je me suis pris la plus grosse claque de ma vie en me rendant compte que cette putain de circoncision va foutre ma vie sexuelle en l’air et que c’est même elle qui indirectement a foutu la merde avec ces compagnes, là je cherche au moins une façon de retrouver les sensations du gland car ce “simple” bout de peau ça a pour conséquence la perte de trois zones dont les deux premières sont immédiates et irréversibles (prépuce, frein et gland), c’est la seule qu’on peut à peu près récupérer en évitant les frottements et pour ça il faudra porter une protection artificiel toute sa vie…!! […] laissez à vos enfant le vrai plaisir sexuel, celui où vous pouvez faire l’amour à votre compagne lentement avec passion ou la fellation est un délice intense du début à la fin (un circoncis ne pourra jamais mais jamais ressentir ce même plaisir…..!!!!), et pas être obligé de limer votre compagne comme un fou pour pouvoir stimuler votre gland à cause de sa kératinisation!! laissez le choix à vos enfants de choisir mais en les informant du mieux possible de tous ce qu’il vont perdre…!! je peux comprendre une personne dans mon cas qui décide de se tirer une balle dans la tête (j’incite pas au suicide), c’est pour vous dire la détresse dans laquelle on se trouve!! une vie sans plaisir sexuel aussi intense c’est pas une vie, la personne qui est née mal voyante (pas aveugle) ne sait pas se que s’est de voir net donc elle se crée des repères, la personne qui a vu net pendant 25ans se retrouve perdu si elle devient mal voyante car elle perd tous ses repères !! […] Regardez moi si j’avais été circoncis depuis jeune, je l’aurais logiquement fait à mes fils (si j’en ai un jour), c’est clair que là je m’opposerais fermement…!!! c’est un post objectif basé sur du factuel et non un post subjectif… svp faites passer ce post et gardez-le svp…..

États-Unis : 12 millions d’hommes regretteraient leur circoncision

12 millions

12 millions d’Américains regrettent leur circoncision. Dans un pays où la circoncision à la naissance est populaire depuis les années 30, pas moins de 12 millions d’hommes regretteraient d’avoir été circoncis, intervention qui, comparée avec les mutilations sexuelles féminines, mérite aussi le terme de mutilation. Paru dans un article de 2015, ce chiffre a été obtenu par l’auteur du blog Choose Intact en rapportant le résultat d’un sondage de l’institut YouGov aux données démographiques américaines.

D’autres chiffres

Le militant Tim Hammond et l’urologue Adrienne Carmack citent d’autres chiffres dans un article paru en 2017 dans The International Journal of Human Rights.

Selon une étude d’un magasine de la presse masculine australienne menée auprès de 180 hommes, les uns intacts, les autres circoncis, “un nombre important d’homme circoncis (20%) n’étaient pas satisfaits de leur circoncision“, tandis que “18 % des hommes circoncis auraient préféré ne pas l’être“. Un autre magasine pour hommes a mené une enquête sur un échantillon de 197 hommes américains circoncis ou non montrant que 20,2 % des hommes circoncis n’étaient pas satisfait de leur état d’homme circoncis (38,3 % de satisfaits), contre 17,3 % d’hommes intacts non satisfaits (79,9 % de satisfaits). Une autre étude montre un taux de satisfaction de 97 % parmi les hommes non circoncis tandis que le taux de satisfaction pour les hommes circoncis à la naissance atteignaient 50 %.

Quelles conséquences ?

Ces chiffrent ne disent rien sur les conséquences de ce regret. Des témoignages et études sur des hommes circoncis contre leur gré semblent indiquer des souffrances diverses entre ressentiment, colère, baisse de l’estime de soi et difficultés dans leur vie intime. Il semble que nous ayons à ce jour peu de recul sur l’ampleur de ces troubles et à ce jour ni les médecins ni les décideurs aux États-Unis ne semblent prêts à aborder le sujet de cette souffrance latente.

Lettre ouverte à la rédaction de Version Femina

Interpellée à trois reprises sur les erreurs écrites dans un article sur la circoncision, la rédaction de Version Femina n’a jamais donné de réponse.

Madame Poniatowksi, Madame Ganibardi,

    J’ai lu l’article de votre magasine intitulé Avantages et inconvénients de la circoncision avec grand intérêt, notamment le passage sur la démystification de la circoncision comme solution à l’éjaculation précoce. Cependant je dois dire que j’ai été très surpris à la lecture du premier paragraphe de la partie « la sensibilité du gland est-elle diminuée ? » qui affirme que la « si c’est le cas, cette perte de sensibilité est infime, car la circoncision ne change rien à la satisfaction des hommes qui l’ont subie, ni à celle de leur partenaire », à contre-courant d’une partie de la littérature scientifique sur le sujet.

    En effet plusieurs études ont montré qu’une part importantes d’hommes perdent en sensibilité après avoir été circoncis et que cela peut également affecter leurs partenaires :

Cette étude confirme l’importance de prépuce dans la sensibilité du pénis, le niveau général de satisfaction sexuel et le fonctionnement du pénis. D’autre part cette étude montre que le pourcentage d’homme à éprouver une gêne, de le douleur ou des sensations inhabituelles est plus important chez les hommes circoncis que chez ceux qui ne le sont pas.i

Il y a une diminution du plaisir lors de la masturbation et du plaisir sexuel après la circoncision, indiquant ainsi que la circoncision à l’âge adulte a un effet négatif sur les fonctions sexuelles masculines ; il est possible que ceci soit lié aux complications post opératoires et la perte de terminaisons nerveuses (présentes dans le prépuce).ii

Les femmes avec un partenaire circoncis ont davantage rapporté un manque dans la satisfaction de leur besoins sexuels (38 % pour les femmes dont le partenaire est circoncis contre 28 % pour les femmes dont le partenaire est intact), des difficultés d’ordre sexuel en général (31 % contre 22%), notamment des difficultés à atteindre l’orgasme (19 % contre 14%) et de la dyspareunie (douleur lors des rapports sexuels, 12 % contre 3%)iii

    Ce sont des exemples parmi d’autres études ayant abouti aux même résultats.iv

    D’autre part, sur la base d’une expertise médicale, le préjudice de perte de sensibilité suite à une circoncision a récemment été reconnu devant la justicev et de nombreux hommes circoncis à l’âge adulte témoignent d’une perte de sensibilité, à l’instar de ce jeune Israélien circoncis tardivement, car venant de la Russie soviétique où la circoncision ne se pratiquait pas, dont le témoignage a été publié dans le grand quotidien israélien Haaretzvi :

“La sensation dans le contact sexuel a été changée, elle était comme anéantie. Il y avait beaucoup moins de sensibilité et j’avais besoin d’être beaucoup plus stimulé pour avoir une érection […] J’ai compris que j’avais commis une erreur (en me faisant circoncire). J’avais 16 ans et j’étais stupide.”

    Aussi je pense qu’il est important d’apporter aux hommes qui sont concernés par cette opération des informations complètes sur le sujet faisant état de tous les risques existants, y compris le risque d’impact négatif sur leur sexualité et celle de leur partenaire, d’autant qu’il s’agit d’une opération irréversible.

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer, Mesdames, mes salutations distinguées.

i – BRONSLAER GA, SCHOBER JM, MEYER-BAHLBURG HF, T’SJOEN G, VLIETINCK R, HOEBEKE PB, Male circumcision decreases penile sensitivity as measured in a large cohort,     2013, British     Journal of Urology International

ii– KIM D, PANG MG, The effect of male circumcision on sexuality, 2007, Kim D, Pang MG., British Journal of Urology International

iii – MORTEN FRISCH, MORTEN LINDHOLM, MORTEN GRØNBÆK,Malecircumcision and sexual function in men and women: a survey-based, cross-sectional study in Denmark, 2011, International Journal of Epidemiology        

iv – SORRELS ML, SNYDER JL, REISS MD, EDEN C, MILOS MF, WILCOX N, VAN HOWE RS,     Fine-touch pressure thresholds in the adult penis, 2007, BJU Int.2007 Apr;99(4):864-9.    

–  SOLINIS I, YIANNAKI A, Does circumcision improve couple’s sex life?,     2007, Journal of Men’s Health and Gender 2007;4(3):361.

– DENNISTON GC, HILL G. Circumcision in adults: effect on sexual function. Urology 2004;64(6);1267.        

– J.R. TAYLOR, A.P. LOCKWOOD, A.J. TAYLOR, The prepuce: Specialized mucosa of the penis and its loss tocircumcision, 1996, Br J Urol 1996;77:291-295

v – Circoncision : un chirurgien français lourdement condamné, 2016, Droit au Corps

vi- Even in Israel, More and More Parents Choose Not to Circumcise Their Sons, 2012, Haaretz

How I Restored My Foreskin

Major Styles

In December of 2005, I was speaking to a friend at a restaurant in Central America. He brought up the topic of circumcision and how it reduced the sexual pleasure in a man. I did not say anything, because I was unable to confirm or deny his statement. So I decided that I would return to the United States and do research on the topic.

In the meantime, I became very worried. Was it true? Was my penis desensitized?

The Internet was relatively new at that time. But still, there was a plethora of information on the topic of circumcision. Much of the information was conflicting. However, it was generally divided into two different opinions from men:

Pro Side

1.) Circumcised religious man, defending the process

2.) Circumcised secular American man, defending the process

3.) Man who was circumcised as an adult due to a tight foreskin, defending the process

View original post 914 more words

“C’est pas pareil”

De l’importance de ne pas tourner autour du pot : la conclusion est crue mais toute circoncision sans motif médical est bel et bien une mutilation sexuelle.

Souvent il arrive lorsqu’un échange sur la circoncision et le droit individuel des enfants à l’intégrité physique et plus tard à l’autodétermination religieuse (i.e. de ne pas avoir une religion que l’on n’a pas choisie marquée dans sa chaire de manière irréversible), au moment où l’on évoque à la fois la circoncision et les mutilations sexuelles féminines (MSF), que surgisse l’objection « oui mais c’est pas pareil ».

Lorsque je me suis réintéressé aux mouvements intactivistes américains il y a environ deux ans, je me souviens avoir vu la pancarte d’un manifestant revendiquant une égalité de traitement entre les MSF et la circoncision masculine. IMG_5480J’ai trouvé ça un peu fort de café. Depuis le jour où je me suis posé des questions sur la légitimité de la circoncision des mineurs, c’est-à-dire depuis que ma propre circoncision à 16 ans m’a forcé à me poser des questions sur ce sujet, j’ai été contre pour de multiples raisons. Mais tenant toujours à la précision du vocabulaire utilisé, j’étais extrêmement prudent vis-à-vis du parallèle avec les MSF puisqu’il m’apparaissait évident que celles-ci étaient pires que l’ablation du prépuce et que la comparaison semblait dangereuse en ce qu’elle semblait porter en elle soit une exagération des conséquences (bien réelles pourtant) de la circoncision ou une minimisation de la gravité des mutilations sexuelles féminines.

Mon engagement dans une association contre toutes les formes d’atteintes aux organes sexuels m’a amené à m’intéresser de plus près aux mutilations sexuelles féminines. C’était le début d’un chemin qui allait m’amener à reconsidérer le question de l’emploi du mot « mutilation ».

Lorsqu’on évoque les MSF, la première chose qui vient à l’esprit de beaucoup de gens, c’est le mot « excision » dans le sens d’ablation du clitoris. Pourtant les MSF recouvrent un nombre de pratiques beaucoup plus diverses.

La définition de l’OMS, sur laquelle s’appuie le droit français, les définit et les classe ainsi :

Les mutilations sexuelles féminines recouvrent toutes les interventions incluant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou toute autre lésion des organes génitaux féminins qui sont pratiquées pour des raisons non médicales.

Les mutilations sexuelles féminines se classent en 4 catégories:

  • Type 1- la clitoridectomie: ablation partielle ou totale du clitoris (petite partie sensible et érectile des organes génitaux féminins) et, plus rarement, seulement du prépuce (repli de peau qui entoure le clitoris).
  • Type 2 – l’excision: ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres (replis internes de la vulve), avec ou sans excision des grandes lèvres (replis cutanés externes de la vulve).
  • Type 3 – l’infibulation: rétrécissement de l’orifice vaginal par recouvrement, réalisé en sectionnant et en repositionnant les petites lèvres, ou les grandes lèvres, parfois par suture, avec ou sans ablation du clitoris (clitoridectomie).
  • Type 4 – les autres interventions: toutes les autres interventions néfastes au niveau des organes génitaux féminins à des fins non médicales, par exemple, piquer, percer, inciser, racler et cautériser les organes génitaux.

Source : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs241/fr/

Quand j’ai découvert ces informations, j’en ai tiré deux conséquences qui mènent inexorablement à la même conclusion :

– d’abord que l’ablation du prépuce du clitoris, l’équivalent anatomique du prépuce du pénis, bien que rarement pratiquée seule n’en demeure pas moins une mutilation sexuelle selon l’OMS et le droit français.

– deuxièmement qu’en fin de compte il n’existe aucune atteinte aux organes sexuelles des femmes qui ne soit pas classée comme MSF. A partir du moment où la lame tranche dans les organes sexuels, ou autre atteinte physique, il y a mutilation.

Que l’on remplace le mot fille par garçon, femme par homme et la conclusion est indubitablement que l’ablation du prépuce du pénis constitue bel et bien une mutilation sexuelle. Comme les MSF, les mutilations sexuelles masculines sont diverses, de la circoncision à la subinscision (sur ce sujet voir Circoncision, le complot du silence de Sami Aldeeb, p14).

Il est intéressant de noter à ce sujet qu’autrefois la différence n’étaient pas si distincte dans le vocabulaire employé puisqu’on utilisait le terme de circoncision féminine pour parler de ce que l’on nomme maintenant MSF : « depuis 1990, l’OMS et autres organisations ont décidé d’utiliser le terme de mutilations génitale féminine et d’abandonner celui de circoncision féminine » (ibid). D’ailleurs plusieurs acteurs de la lutte contre les MSF, comme Fabienne Richard, n’hésitent pas à classer la circoncision masculine parmi les mutilations sexuelles, ou encore la militante contre les MSF Ayaan Hirsi Ali, qui explique dans une vidéo que la circoncision masculine est finalement pire que son équivalent féminin (l’ablation du prépuce du clitoris).

Tolérer la circoncision masculine reviendrait à considérer qu’il existerait pour tous, femmes et hommes des « petites mutilations » somme toute acceptables et légitimes. L’accepter est un recul pour tous.

Voici en conclusion ce qui m’a amené à considérer que l’OMS et d’autres organisations, pourtant louables dans leur lutte contre les MSF, sont prises dans leurs propres contradictions et que dans l’intérêt des jeunes garçons il est temps d’avancer pas à pas dans un dialogue avec ceux qui la pratiquent pour une requalification de la circoncision. Enfin la souffrance de certains hommes, qu’ils aient été circoncis enfant ou adulte, parle d’elle-même.

Témoignage de David Nunn

J’ai été circoncis à 19 ans pour être “normal” et ressembler aux autres hommes (1). Bien des années après je pense que ça a été la plus grosse et la pire erreur de toute ma vie. La première fois que je me suis masturbé après la circoncision ce fut une énorme déception parce que j’avais perdu environ le tiers des sensations en intensité par rapport à avant et rien n’a changé depuis. Lors de l’ablation du prépuce, on détruit une quantité importante de nerfs et ainsi la superbe sensation du gland rentrant et sortant du prépuce.

Dr David Nunn, Australie. Témoignage traduit depuis l’anglais.

(1) Des années 50 aux début des années 2000 la majorité des Australiens étaient circoncis bien que leur nombre n’ait cessé de décroître. Aujourd’hui, 85 % des jeunes Australiens qui entrent en primaire sont intacts.

Source : https://www.circinfo.org/Personal_stories.html